Accueil du site > À la une

Olivier Kourchid n’est plus

Recruté au CNRS, attaché au Groupe de sociologie du Travail, puis à l’IFRESI à Lille, il a rejoint tout naturellement notre Centre il y a bientôt vingt ans. Il a considérablement contribué à enrichir ses travaux, en les ouvrant aux recherches comparatives internationales- et en contribuant à son interdisciplinarité. Il a également fait prendre conscience à ses membres, avec Noëlle Gérôme, de la place du patrimoine dans les mémoires sociales ouvrières. Il était aussi de ceux qui pratiquent la recherche-intervention.

Olivier Kourchid savait allier une grande culture sociologique, en particulier une connaissance fine de l’histoire de la discipline, que traduit un livre collectif sur la sociologie des années soixante, avec une sensibilité aux détails : n’est-il pas l’auteur d’un article sur l’Octobasse, une réflexion sur la fabrique technique et culturelle du colossal ?

Olivier Kourchid – toutes celles et tous ceux qui ont travaillé avec lui peuvent en témoigner – était aussi un chercheur cordial, chaleureux, attentif aux questions des plus anciens comme des plus jeunes. Après sa retraite, il avait continué à donner au CHS cette grande humanité qu’il avait en lui.